Interview de So-Buzz

Interview de So-Buzz

Pouvez-vous présenter So-Buzz ?

So-Buzz est une Success Story née à travers sa première opération avec l’OM en 2012. Un simple jeu Facebook pour faire gagner 2 places VIP sur le match OM / Inter de Milan qui a généré 45K fans, 10K followers,  23K contacts en base de donnée et 600K affichages par jour en 18 jours.

La petite Startup Marseillaise créée par 2 élèves et 1 prof de l’école des mines de Marseille est maintenant devenue une véritable plateforme technologique utilisée entre autre par Orange et Havas pour la “Petite ligue entre amis” du 12ème Homme ou par Hyundai et Innocean dans ses activations de marketing sportif dans son sponsoring de l'Olympique Lyonnais.

Quel est votre positionnement sur le marché du sport ?

So-Buzz est à la fois éditeur de solutions Social Media Marketing et cabinet conseil en digitalisation #SocialMedia. Nous ne sommes pas une agence digitale ou une agence 360. Mais nous accompagnons les agences, les ayants doits et les annonceurs qui le souhaitent dans la mise en oeuvre de nos jeux et plateformes de marques. Les réseaux sociaux et la digitalisation vont tellement vite pour tout le monde que nous nous devons d'apporter notre expertise pour les accompagner dans leur positionnement stratégique digital.

Notre objectif n’est pas simplement de livrer des solutions qui marchent mais aussi d’accompagner nos clients vers de véritables résultats mesurables.

L’Olympique de Marseille est l’un de vos premiers clients, comment avez-vous travaillé avec eux pour le développement de leur présence sur les réseaux sociaux et la connaissance de leur audience ?

L’OM est notre premier client mais l’OM n’a pas eu besoin de nous pour se développer. C’est plutôt l’inverse. La directrice des opérations en 2012, Corinne Gensolen, cherchait une solution pour valoriser sa communauté Facebook. En effet, l’entretien de sa communauté de fan ayant un coût non négligeable en community management, Corinne cherchait à générer du business en connectant cette communauté avec sa CRM afin de pouvoir ensuite vendre des places, des abonnements, etc…

Nous avons ainsi généré un grand nombre de données mais aussi amplifié la visibilité du club et facilité encore plus l’engagement de la communauté.

Les technos So-Buzz servent à la fois d’amplificateur de visibilité et de collecteur de données. Mais honnêtement l’OM et le sport en général sont des vecteurs vraiment faciles qui donnent de gros résultats comparé au marketing classique qu’on va réaliser pour des produits ou services. Même s’ils sont très affinitaires.

Vous avez collaboré avec Intersport dans le cadre de l’activation du sponsoring de l’OM, comment avez-vous géré l’animation « OM Fada » tout au long de la saison ?

Pour être précis dès le début de notre collaboration avec Intersport, c’est en fait avec l’aide de l’agence Sportlab que nous avons travaillé. So-Buzz ne réalise pas de community management ou de stratégie de communication globale.

C’est donc avec Sportlab que nous avons conçu une mécanique de fidélisation des fans s’appuyant sur la page Facebook OM FADA conçue et entretenue par Sportlab.

Nous avons déployé sur cette page OM FADA une plateforme de jeux permanente. Je vous invite à regarder la vidéo de 1min (https://docsend.com/view/3xru9s8) qui résume le principe de ce produit phare chez So-Buzz qu’on appelle « Master’App ».

Aujourd’hui toutes les marques et en particulier les ayants droits sportifs, sont des médias à part entière comme nous l’avons expliqué sur le #ThinkTank Digitick en janvier.

Par exemple pour Intersport, à travers la plateforme de jeux permanente, les fans gagnent des points permettant de remporter des places de match, des maillots et autres dotations. Cependant, les plus belles dotations nécessitent une carte de fidélité à retirer en magasin.

La solution permet ainsi à la fois de générer des cartes de fidélité et du trafic en magasin en s’appuyant sur le calendrier de l’OM et les jeux déployés sur la page Facebook OM FADA.

Vous développez des applications multi-réseaux, quelles sont les particularités propres à chaque audience pour les trois principaux réseaux que sont Facebook, Twitter et Instagram ?

Pour simplifier je dirais que Facebook est une sorte de réseau universel, Twitter le réseau des évènements et Instagram le monde des belles images toujours belles et bien soignées.

Facebook est de loin le plus puissant pour générer du business et permettre de garder le lien dans le temps avec les communautés. Nous avons développé je crois tous les outils possibles pour ce réseau.

Twitter est le meilleur amplificateur évènementiel à ce jour. Nous avons d’ailleurs développé des solutions pour simplifier l’usage de Twitter dans l’urgence et pour programmer de gros Buzz. C’est l’un de nos gros chantier R&D depuis un moment. Pour l’instant on sait très bien faire parler les Twittos, lancer des challenges et créer des discussions publiques ou privées avec les Twittos. On a même quelques solutions pour générer du business.

Instagram propose une API assez complexe qui nous limite beaucoup plus que Facebook et Twitter. On récupère les photos à partir de #Hashtag pour créer des Social Wall ou des concours photos. Mais à ce jour il vaut mieux en rester là.

Je crois aujourd’hui que le plus efficace c’est de mixer l’usage de ces 3 réseaux pour offrir aux communautés une expérience digitale « sans coutures » entre le fixe et le mobile; les temps forts et tout le reste de l’année.

En tous cas c’est ce que nous essayons de faire en mettant nos solutions SAAS au service des agences et annonceurs.